Pages

Saturday, 29 August 2009

PROPOSALS FOR A CLEAN ENERGY INVESTMENT FRAMEWORK FOR AFRICA: Role of the African Development Bank Group

PROPOSALS FOR A CLEAN ENERGY INVESTMENT FRAMEWORK FOR AFRICA: Role of the African Development Bank Group

Executive Summary

1. Climate change has emerged as an important challenge facing Africa and, indeed, much of the world in the 21st century. In the light of the mounting evidence of its causes and effects, the Heads of State and Government of the G8 States, at their Gleneagles Summit in July 2005, called upon the World Bank and other multilateral development banks (MDBs) to prepare specific proposals to address three inter-related challenges: expanding access to reliable energy supplies particularly for the world’s poor; promoting investment in clean energy and low-carbon approaches to economic
development; and supporting developing countries in undertaking concrete measures to adapt to climate
change and strengthen their capacities to manage increasing climate variability and extreme weather
events .

2. This framework paper contains the response of the African Development Bank to the request of the G-8. It presents a comprehensive framework for dealing with the challenges of increasing energy access; at the same time, making maximum use of clean energy options in Africa. The paper focuses on the energy aspects. It deals with the key issues, challenges, opportunities as well as the resource requirements and the role the Bank will play in expanding energy access and developing clean energy – contributing to global climate change mitigation efforts – in its regional member countries (RMCs).

However, work also continues in parallel to develop the AfDB Group’s Climate Change Risk Management Strategy. Indeed, Senior Management has reviewed and approved a Concept Note on the preparation of the strategy. The full report is expected early 2008. All aspects of the energy access, climate change mitigation, and adaptation challenges will then be addressed holistically in an Action Plan on Clean Energy and Climate Change that will be finalized by mid 2008.

3. Expanding energy access is a priority for Africa. Rational long-term planning taking into account economic, social and environmental costs would increasingly shift the balance in favour of a low-carbon path to development and poverty reduction. As one of the regions most vulnerable to global warming, Africa has a vested interest in rendering effective support for global mitigation efforts. The continent has a number of options for clean energy development with enormous potential. African countries, especially in Sub-Sahara Africa, need to make greater use of their huge largely untapped renewable energy potential – especially hydro-power, geothermal energy, solar and wind power, and more efficient
utilisation of biomass. The development of such energy options could be financed in part by sale of CDM-certified carbon emission credits.

4. Financing requirements for clean energy are enormous and call for concerted efforts by development partners and governments alike. The Bank Group will endeavour to provide financing through its concessional and non-concessional windows. With a view to mobilising greater resources for the continent, the Bank will seek greater leverage for its resources by working more closely with RMCs on creating enabling policy and institutional environments conducive to private sector investment. To the same end, the Bank will build stronger collaboration with partner institutions. As the unique multilateral financing institution dedicated exclusively to Africa, the AfDB is in a position to take on the role of providing coordination, brokerage and syndication services to RMCs, bilateral and multilateral institutions, and private development partners, in support of energy access and low-carbon development strategies. This paper proposes the
creation of a multi-donor trust fund on clean energy access and climate adaptation for Africa, to spearhead Bank support to RMCs on the three challenges, including provision of pre-investment support at the national and sub-regional level. As part of the follow-up actions, Management will commission a feasibility study on creating the proposed facility.
5. The Boards of Directors are invited to approve the proposed Clean Energy Investment Framework for Africa and the timeline of activities as outlined in this report

http://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Policy-Documents/10000025-EN-PROPOSALS-FOR-A-CLEAN-ENERGY-INVESTMENT-FRAMEWORK-FOR-AFRICA.PDF

WOMEN, WATER AND HYGIENE ARE KEY TO CHANGE IN AFRICA

WOMEN, WATER AND HYGIENE ARE KEY TO CHANGE IN AFRICA

Services for Women & Girls Must Be Priority for Water and Sanitation
Eirah Gorre-Dale
Special Representative of the
Water Supply and Sanitation
Collaborative Council (WSSCC)
to the United Nations
Email: gorre-dale@un.org

NEW YORK, 14 September 2005 - Women, water and basic hygiene are the key to creating lasting change in Africa, but national water and sanitation plans are still leaving women out,leaders in development said today.
UNICEF Executive Director Ann M. Veneman joined other prominent women, including Hilde Frafjord Johnson, Norway’s Minister for International Development, to call for more attention and funds to help the millions of African women and girls suffering disproportionately for lack of these basic services.
“Unsafe water, inadequate sanitation and poor hygiene habits play a major role in child mortality,” said UNICEF Executive Director Ann M. Veneman. “Bringing basic services to Africa’s women and girls could transform their lives and boost child survival in the region.”

Veneman said she is joining Minister Johnson and Minister Maria Mutagamba, Uganda’s Minister of State for Water, in the Women Leaders for Water, Sanitation and Hygiene (WASH) initiative.
Launched last year by the Water Supply and Sanitation Collaborative Council (WSSCC), Women Leaders in WASH helps governments to link women with sanitation and hygiene programmes,and supports the UNICEF drive to put safe water and basic sanitation into all primary schools by 2015. The group is meeting at UNICEF today to set out a plan of action for Africa.
Lack of safe water and sanitation remains one of the world’s most urgent health issues. Some 1.1 billion people worldwide still lack safe water and 2.6 billion have no sanitation, according to a UNICEF and World Health Organization 2005 report Water for Life.
Sub-Saharan Africa is the only region likely to miss Millennium Development Goal (MDG) targets on both safe water and basic sanitation, unless the world acts quickly to turn this around. MDG 7 calls on countries to reduce by half the number of people living without these basic services. But despite good progress in some countries, currently only 58 per cent of Africans live within 30 minutes walk of an improved water source and only 36 percent have even a basic toilet.
The consequences are particularly severe for African women and children, condemning millions to a life of illness, lost opportunities and virtual slavery.
In rural Africa, 19 per cent of women spend more than one hour on each trip to fetch water, an exhausting and often dangerous chore that robs them of the chance to work and learn. Women without toilets are forced to defecate in the open, risking their dignity and personal safety.
Education suffers too: more than half of all girls who drop out of primary school do so for lack of separate toilets and easy access to safe water.
Unsafe water, inadequate sanitation and poor hygiene habits play a major role in Africa’s high child mortality rate. Diarrhoea is the third-biggest child killer in Africa after pneumonia and malaria, accounting for 701,000 child deaths out of 4.4 million on the continent every year. It also leaves millions of children with a legacy of chronic malnutrition, the underlying cause of over half of all child mortality. The burden of caring for sick relatives inevitably falls to women and girls,
keeping them at home and shutting them out of economic development.

Bringing relief to women and girls will result in better services for all and benefit entire communities, said Minister Johnson and Minister Mutagamba.
“Women can be key agents of change if they are empowered and involved,” said Minister Johnson. “Since they are the primary victims of unsafe water and poor sanitation, we must start with them if we are to liberate Africa from cycles of illness, child mortality and low productivity.”
“In Uganda, we saw how rapidly school attendance can rise and illness fall when schools have safe water and separate toilets for boys and girls,” said Minister Mutagamba. “There is no excuse not to put these effective and sustainable interventions into practice everywhere.”

Veneman, Johnson and Mutagamba hailed the great progress made by many poor countries as
proof that water and sanitation goals are achievable everywhere. They called on Millennium
Summit leaders to commit to a strong action plan for the next decade.
For more information, please contact:

Claire Hajaj, UNICEF New York, +1 212 326 7566,chajaj@unicef.org
UNICEF House, 3 UN Plaza, New York, N.Y. 10017; www.unicef.org
Eirah Gorre-Dale, WSSCC, +1 212 963 6003, gorre-dale@un.org
WHO Office at the United Nations, 2 UN Plaza, DC2-973, New York, N.Y.
10017; www.wsscc.org
Note to editors: there will be a press conference on the water and
sanitation crisis in Africa at 10:00 am, Wednesday 14 September at the UN
Secretariat, room 226. Speakers will be UNICEF Water and Sanitation Chief
Vanessa Tobin, Minister Johnson and Minister Mutagamba.
Note to broadcasters: video footage is available from Video on Demand at
www.unicef.org


http://www.worldwatercouncil.org/fileadmin/wwc/Sections_for/Journalists/Water_Media_Program/wmp_resources_press_release_14.09.05.pdf

Bringing water to Africa’s poor
Expanded access requires more funds, efficiency and capacity

http://huwu.org/ecosocdev/geninfo/afrec/vol21no3/ar-21-3-en-web.pdf

Information on Climate Change

Information on Climate Change

United Nations family and climate change

· Gateway to the UN System's Work on Climate Change - http://www.un.org/climatechange/
· UNFCCC - Secretariat of the UN Framework Convention on Climate Change: http://unfccc.int/
· IPCC - Intergovernmental Panel on Climate Change: http://www.ipcc.ch/
· UNEP - UN Environment Programme: http://www.unep.org/themes/climatechange/ , http://climatechange.unep.net , http://www.grida.no/Activities.aspx?m=65
· FAO - Food and Agriculture Organization of the United Nations: http://www.fao.org/clim/default.htm
· GEF - Global Environment Facility - Focal Areas: Climate Change: http://www.gefweb.org/projects/Focal_Areas/climate/climate.html
· UN/DESA - UN Division for Sustainable Development: http://www.un.org/esa/sustdev/sdissues/climate_change/climate_change.htm
· UNDP - UN Development Programme: http://www.undp.org/climatechange/
· UNESCO - UN Educational, Scientific and Cultural Organization - Climate Programs: http://ioc3.unesco.org/unesco-climate/
· UNIDO - UN Industrial Development Organization - Sustainable Energy and Climate Change: http://www.unido.org/doc/18258
· UNITAR - United Nations Institute for Training and Research- Climate Change Programme: http://www.ccp-unitar.org/rubrique.php3?id_rubrique=1&lang=en
· WMO - World Meteorological Organization: http://www.wmo.ch/
· World Bank - http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/TOPICS/ENVIRONMENT/0,,menuPK:176751~pagePK:149018~piPK:149093~theSitePK:244381,00.html

UN Publications on climate change

UN Secretariat
· Green our World! (UN Chronicle, Volume XLIV Number 2, 2007): http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/issue2/0207cont.htm

FAO - Food and Agriculture Organization
· Livelihood adaptation to climate variability and change in drought-prone areas of Bangladesh. Developing institutions and options. Case study (2006): ftp://ftp.fao.org/docrep/fao/009/a0820e/a0820e.pdf
· Sustainable Bioenergy: A Framework for Decision Makers (2007): ftp://ftp.fao.org/docrep/fao/010/a1094e/a1094e00.pdf
· Adaptation to climate change in agriculture, forestry and fisheries (2007): ftp://ftp.fao.org/docrep/fao/009/j9271e/j9271e.pdf

IPCC - Intergovernmental Panel on Climate Change
· Publications (including IPCC Assessment Reports): http://www.ipcc.ch/ipccreports/index.htm

UNDP - United Nations Development Programme
· Environmentally Sustainable Transport and Climate Change: Experiences and Lessons from Community Initiatives (2006): http://www.energyandenvironment.undp.org/undp/index.cfm?module=Library&page=Document&DocumentID=6102
· Meeting the Climate Change Challenge: Sustaining Livelihoods: http://www.undp.org/gef/05/documents/publications/climate_change_brochure2004.pdf
· Heating in Transition, Lessons for the future, M&E Report Series Issue 3, UNDP/GEF (2005): www.undp.org/gef/05/documents/publications/HTandAnnex_4.2.pdf
· MDG Carbon Facility: Leveraging Carbon Finance for Sustainable Development (2007): http://www.energyandenvironment.undp.org/undp/index.cfm?module=Library&page=Document&DocumentID=5662
· The Clean Development Mechanism - An assessment of progress (2006): http://www.energyandenvironment.undp.org/undp/index.cfm?module=Library&page=Document&DocumentID=5883
· Solar Photovoltaics in Africa: Experiences with Financing and Delivery Models Lessons for the future, M&E Report Series Issue 2, UNDP/GEF (2004): http://www.undp.org/gef/05/documents/publications/solarphotovoltaics_africa.pdf
· Responding to climate change and generating community benefits (2005): http://www.energyandenvironment.undp.org/undp/index.cfm?module=Library&page=Document&DocumentID=5172
· World Energy Assessment Overview 2004: http://www.energyandenvironment.undp.org/undp/index.cfm?module=Library&page=Document&DocumentID=5027

UNEP - United Nations Environment Programme
· Design for Sustainability: A Practical Approach for Developing Economies (2007): http://www.d4s-de.org/manual/d4stotalmanual.pdf
· Africa Environment Outlook 2, Our Environment, Our Wealth (2007) Website: http://www.unep.org/DEWA/Africa/AEO2_Launch/
· Report: http://www.unep.org/DEWA/Africa/docs/en/AEO2_Our_Environ_Our_Wealth.pdf Executive summary: http://www.unep.org/DEWA/Africa/docs/en/aeo-2/chapters/aeo-2_Executive_Summary.pdf
· Global Outlook for Ice and Snow (2007) Website: http://www.unep.org/geo/geo_ice/ Report: http://www.unep.org/geo/geo_ice/PDF/full_report_LowRes.pdf
· GEO4 - Global Environment Outlook: environment for development (2007): http://www.unep.org/geo/geo4/media/
· Sustainability communications: a toolkit for marketing and advertising courses (2007) Online CD-Rom: http://www.unep.fr/pc/sustain/advertising/education_kit/index.htm modules of CD Rom (SOOKo) , 90 pages: http://www.unep.fr/pc/sustain/reports/advertising/Education_Kit_ModulesAll_EN.pdf

UNESCO - United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization
· A World of Science - Retrospective on Climate (October 2007): http://unesdoc.unesco.org/images/0015/001517/151707E.pdf
· Case Studies on Climate Change and World Heritage (April 2007): http://whc.unesco.org/documents/publi_climatechange.pdf
· Science in Africa (March 2007): http://www.unesco.org/science/science_africa.pdf
· Guidelines and Recommendations for Reorienting Teacher Education to Address Sustainability (2005): http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001433/143370e.pdf
· Good practices in the UNECE region (2007): http://unesdoc.unesco.org/images/0015/001533/153319e.pdf
· Framework for the UNDESD International Implementation Scheme (2006): http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001486/148650E.pdf
· International Implementation Scheme in brief (2006): http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001473/147361E.pdf
· The Decade of Education for Sustainable Development at a glance (2006): http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001416/141629e.pdf
· Education for sustainable development toolkit (2006): http://unesdoc.unesco.org/images/0015/001524/152453eo.pdf
· UNESCO and Sustainable Development (2005): http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001393/139369e.pdf

UNFCCC - UN Framework Convention on Climate Change
· Publications: http://unfccc.int/essential_background/background_publications_htmlpdf/items/2625.php

UN-HABITAT - United Nations Human Settlements Programme
· Climate Change: The Role of Cities: http://www.unbrussels.org/UNHABITAT-2226_alt.pdf
· Ecosystems and Biodiversity: The Role of Cities: http://www.unbrussels.org/UNHABITAT-2225_alt.pdf

UNHCR - United Nations High Commissioner for Human Rights
· UNHCR Environmental Guidelines (2005 Edition): http://www.unhcr.org/protect/PROTECTION/3b03b2a04.pdf
· Livestock Keeping and Animal Husbandry in Refugee and Returnee Situations, A practical handbook for Improved management (2005): http://www.unhcr.org/protect/PROTECTION/4385e3432.pdf
· Forest Management in Refugee and Returnee Situations, a handbook of sound practices (2005): http://www.unhcr.org/protect/PROTECTION/438724c42.pdf

UNIDO - United Nations Industrial Development Organization
· UNIDO Publications on Climate change: http://www.unido.org/en/doc/71852
· Small Hydro Power. Clean renewable water power: http://www.unido.org/file-storage/download/?file_id=37771
· Rural Energy for sustainable environment: http://www.unido.org/file-storage/download/?file_id=47534
· Clean Development Mechanism (COM), Methodology for baseline and additionally analysis for multiple project categories: Guideline Document: http://www.unido.org/file-storage/download/?file_id=28345
· Clean Development Mechanism (COM), Investor Guide South Africa: http://www.unido.org/file-storage/download/?file%5fid=21109
· Clean Development Mechanism (COM), Investor guide South Africa, Annex 1: http://www.unido.org/file-storage/download/?file_id=71831
· Clean Development Mechanism (CDM), Investor guide South Africa, Annex 2: http://www.unido.org/file-storage/download/?file_id=71833
· Clean Development Mechanism (CDM), Investor guide South Africa, Annex 3: http://www.unido.org/file-storage/download/?file_id=71835
· Clean Development Mechanism (CDM), Investor Guide Brazil: http://www.unido.org/file-storage/download/?file_id=31994
· Analysis of financing models for small hydropower plants on the basis on case studies: http://www.unido.org/file-storage/download/?file_id=68387
· Vienna Energy Efficiency and Climate Meetings Bulletin. A Summary Report of the Seminar on Energy Efficiency projects in CDM and JI and UNIDO Expert Group Meeting on Industrial Energy Efficiency and Energy Management Standards: http://www.unido.org/file-storage/download/?file_id=64689
· Estimating the benefits of the Kyoto Protocol for the Nigerian Economy: http://www.unido.org/file-storage/download/?file%5fid=29638

WFP - World Food Programme
· The World Food Programme: Protecting our planet http://www.unbrussels.org/WFP-Environment_broc_Eng.pdf
· First the cattle died ... What next? http://www.unbrussels.org/WFP_CLIMCHAD_vert_lr.pdf

WHO - World Health Organization
· IPCC WGII Chapter 8: Climate and Human Health Impacts (2007) - Part of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) Working Group II contribution to the IPCC Fourth Assessment Report: http://www.ipcc-wg2.org/
· Global climate change: implications for international public health policy (2007) - Article from the Bulletin of the World Health Organization (BIT), Volume 85, Number 3, March 2007, p. 161-244: http://www.who.int/bulletin/volumes/85/3/en/
· Climate Change and Developing-Country Cities: Implications For Environmental Health and Equity (2007) - Article from the Journal of Urban Health. 2007 May; 84, p. 109-117: http://www.pubmedcentral.nih.gov/articlerender.fcgi?tool=pubmed&pubmedid=17393341
· Comparative Risk Assessment of the Burden of Disease from Climate Change (2006) -Article from Environmental Health Perspectives, Volume 114, Number 12, December 2006: http://www.ehponline.org/members/2006/8432/8432.pdf
· WHO Fact sheet: Climate and health (July 2005): http://www.who.int/globalchange/news/fsclimandhealth/en/index.html
· Health and climate change: the now and how. A policy action guide (2005): http://www.euro.who.int/document/E87872.pdf

WMO - World Meteorological Organization
· Climate Information for adaptation and development needs (2007): http://www.wmo.int/pages/publications/showcase/documents/WMO_1025_web_E.pdf
· We care for our climate (Cartoon, 2004): http://www.wmo.int/pages/publications/showcase/documents/WMO975_E.pdf
· WMO at a glance (2006): http://www.wmo.int/pages/about/documents/WMO990.pdf
· Preventing and mitigating natural disasters (2006): http://www.wmo.int/pages/publications/showcase/documents/WMO993.pdf
· WMO Bulletin, October 2007 Issue: http://www.wmo.int/pages/publications/bulletin/index_en.html
· Climate and land degradation (2005): http://www.wmo.ch/pages/themes/wmoprod/documents/WMO989E.pdf
· Weather, climate and water services for everyone (2007): http://www.wmo.ch/pages/publications/showcase/index_en.html

UN Conventions and Conferences related to climate change
· United Nations Climate Change Conference, 3-14 December, Ball, Indonesia (COP 13 and CMP 3): http://unfccc.int/meetings/cop_13/items/4049.php
· High-level Event on Climate Change, UN Headquarters, New York, 24 September 2007: http://www.un.org/climatechange/2007highlevel/
· Thematic Debate of the General Assembly - "Climate Change As a Global Challenge", 31 July -2 August 2007: http://www.un.org/ga/president/61/follow-up/thematic-climate.shtml
· United Nations Framework Convention on Climate Change: http://unfccc.int/essential_background/convention/items/2627.php
· Kyoto Protocol: http://unfccc.int/kyoto_protocol/items/2830.php

Selected Statements and Speeches of UN Officials

· International community must abide by world leaders' commitment on climate change, says Secretary-General in message to Informal Ministerial Meeting (SG/SM/11235-ENV/DEV/955 24, October 2007): http://www.un.org/News/Press/docs/2007/sgsm11235.doc.htm
· Statement by the General Assembly President at the High Level Event - "The Future in our Hands: Addressing the Leadership challenge of Climate Change" (24 September 2007): http://www.un.org/ga/president/62/statements/climatechange240907.shtml
· Climate change threatens investment in Millennium Development Goals, says Secretary-General in address to high-level event (SG/SM/11175-GA/10619-EIW/DEV/950, 24 September 2007): http://www.un.org/News/Press/docs/2007/sgsm11175.doc.htm
· Transcript of Joint Press Conference following High-level Event on Climate change at United Nations Headquarters, 24 September 2007 (SG/SM/11181, 24 September 2007): http://www.un.org/News/Press/docs/2007/sgsm11181.doc.htm
· Press Conference by United Nations Framework Convention on Climate Change, Intergovernmental Panel on Climate Change (22 September 2007): http://www.un.org/News/briefings/docs/2007/070922_UNFCCC.doc.htm
· Secretary-General says climate change merits very highest attention; comprehensive agreement under United Nations Framework Convention needed on all fronts by 2009 (SG/SM/11108-GA/10608-ENV/DEV/946, 31 July 2007): http://www.un.org/News/Press/docs/2007/sgsm11108.doc.htm
· UN best suited to lead world efforts against global challenges - terrorism, climate change, poverty - says Secretary-General in San Francisco address (SG/SM/11104, 26 July 2007): http://www.un.org/News/Press/docs/2007/sgsm11104.doc.htm
· Desertification, climate change threaten development goals, must be addressed together, as 'one global challenge', says Secretary-General on world day (SG/SM/11030-ENV/DEV/943-OBV/633, 7 June 2007): http://www.un.org/News/Press/docs/2007/sgsm11030.doc.htm
· Hear the first victims of climate change / By Ban Ki-moon (International Herald Tribune, 6 June 2007): http://www.un.org/sg/press_article2.shtml
· Secretary-General highlights global nature of climate change in message for world environment day (SG/SM/11018-ENV/DEV/940-OBV/630, 31 May 2007): http://www.un.org/News/Press/docs/2007/sgsm11018.doc.htm
· Secretary-General calls for integrated, balanced response to climate change in remarks to high-level segment of Commission on Sustainable development (SG/SM/10988-ENV/DEV/936, 9 May 2007): http://www.un.org/News/Press/docs/2007/sgsm10988.doc.htm
· Secretary-General appoints three new special envoys on climate change (SG/A/1061-ENV/DEV/929, 1 May 2007): http://www.un.org/News/Press/docs/2007/sga1061.doc.htm
· Parliaments will help define national, global engagement on climate change, says Secretary-General, in message to Inter-Parliamentary Union Ball meeting (SG/SM/10966, 30 April 2007): http://www.un.org/News/Press/docs/2007/sgsm10966.doc.htm
· Climate Change requires long-term global response, Secretary-General tells Security Council (SG/SM/10949-SC/9001-ENV/DEV/921, 17 April 2007): http://www.un.org/News/Press/docs/2007/sgsm10949.doc.htm
· True global partnership for development' needed to confront climate change, halt aids, reduce inequality, says Secretary-General at New York Ceremony (SG/SM/10837, 10 January 2007): http://www.un.org/News/Press/docs//2007/sgsm10837.doc.htm
· As climate changes, can we? By Kofi A. Annan (Washington Post, 8 November 2006): http://www.un.org/News/ossg/sg/stories/articleFull.asp?TID=58&Type=Article
· An investment in our collective future / by Jan Egeland (30 October 2006): http://www.reliefweb.int/rw/rwb.nsf/db900SID/KKEE-6V4SQX?OpenDocument
· Facing the Climate Change Challenge / an Editorial by Achim Steiner and Yvo de Boer (October 2006): http://www.unep.org/Documents.Multilingual/Default.asp?DocumentID=485&ArticleID=5412&l=en

Other UN Articles

· Africa gears up for climate change (Africa Renewal, Volume 21, Number 2, July 2007): http://www.un.org/ecosocdev/geninfo/afrec/vol21no2/index.html
· Melting ice, a hot topic: Climate Change and the Cryosphere (Our Planet, May 2007): http://www.unep.org/pdf/Ourplanet/2007/may/en/OP-2007-05-en-FULLVERSION.pdf
· Climate Change Impact on World's Cities: "About one third of the urban poor are environmental refugees" / By Yuwei Zhang (UN Chronicle Online edition, 16 May 2007): http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/051707_impactofclimatechg.htm
· 'Constructive Outcome' at Climate Change Meeting / By Jonas Hagen (UN Chronicle Online edition, 21 March 2007): http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/032107_yvodeboer.htm
· A Call for Action on Climate Change / By Jonas Hagen (UN Chronicle Online edition, 1 March 2007): http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/030107_clim_chnge.htm
· Sir Nicholas Stern at the United Nations: Urgent Action Needed on Climate Change / By Jonas Hagen (UN Chronicle Online edition, 21 February 2007): http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/022107_stern_atUN.htm
· Moving Forward on Climate Change: Yvo de Boer Visits New York / By Jonas Hagen (UN Chronicle Online edition, 17 January 2007): http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/011707_climate.htm
· Climate Change and Economic Development (Our Planet. Volume 17, Number 2, 2006): http://www.ourplanet.com/imgversn/172/full%20pdfs/Our_Planet_17.2_english.pdf
· Climate Change at the UN: Some Successes, Other Disappointments / by Jonas Hagen (UN Chronicle, 2006): http://www.ourplanet.com/imgversn/172/full%20pdfs/Our_Planet_17.2_english.pdf
· Energy, Finance and Climate Change (Our Planet, Volume 16, Number 3, 2005): http://www.ourplanet.com/imgversn/163/full_pdfs/Our_Planet_16.3_english.pdf


Information on Climate Change
UN Events
• The United Nations Climate Change Conference, Copenhagen, Denmark (COP 15),
7-18 December 2009: http://unfccc.int/meetings/items/2654.php
, http://en.cop15.dk/

• High-level Event on Climate Change, 22 September 2009, UN Headquarters:
http://www.un.org/en/events/

• High-level thematic debate on climate change - Addressing climate change, the United Nations and
the world at work (11-12 February 2008):
http://www.un.org/ga/president/62/ThematicDebates/themclimatechange.shtml

• High-level Event on Climate Change, UN Headquarters, New York, 24 September 2007:
http://www.un.org/climatechange/2007highlevel/

• Thematic Debate of the General Assembly - "Climate Change As a Global Challenge",
31 July – 2 August 2007: http://www.un.org/ga/president/61/follow-up/thematic-climate.shtml

UN Entities
• Secretariat of the UN Framework Convention on Climate Change (UNFCCC): http://unfccc.int/

• Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC): http://www.ipcc.ch/

• Gateway to the UN System's Work on Climate Change: http://www.un.org/climatechange/

This website provides easy access to climate change information, such as fact sheets, news, calendar of
events, and links to the pages describing the work on climate change issues by various UN System
organizations and specialized agencies.
UN Treaties, Declarations and selected UN documents
• United Nations Framework Convention on Climate Change
http://unfccc.int/essential_background/convention/items/2627.php

• Kyoto Protocol
http://unfccc.int/kyoto_protocol/items/2830.php

• Overview of United Nations activities in relation to climate change: Report of the Secretary-General
(A/62/644, 10 January 2008)
http://www.un.org/Docs/journal/asp/ws.asp?m=A/62/644

Selected Statements and Speeches of UN Officials
• ‘We can catch two birds -- climate change and economic growth -- with one stone’; prosperity will
come to those who take low-carbon path, says Secretary-General (SG/SM/12416-ENV/DEV/1064,
17 August 2009): http://www.un.org/News/Press/docs/2009/sgsm12416.doc.htm

• Reiterating importance of political will to seal climate deal, Secretary-General calls for ‘outside-thebox’
leadership in remarks at global environment forum (SG/SM/12408-ENV/DEV/1063, 11 August
2009): http://www.un.org/News/Press/docs/2009/sgsm12408.doc.htm

• The climate is changing and so, therefore, must we,’ says Secretary-General in Mongolia, where, as
elsewhere, human family depends on health of global home (SG/SM/12385-ENV/DEV/1062, 27 July
2009): http://www.un.org/News/Press/docs/2009/sgsm12385.doc.htm

• Secretary-General underscores China’s potential to influence climate change negotiations during
launch of ‘Green Lights’ programme (SG/SM/12380-ENV/DEV/1061, 24 July 2009):
http://www.un.org/News/Press/docs/2009/sgsm12380.doc.htm

• Secretary-general, in Copenhagen remarks, challenges business leaders to be in vanguard of
creating cleaner, greener, more sustainable global economy (SG/SM/12268-ENV/DEV/1056, 26 May
2009): http://www.un.org/News/Press/docs/2009/sgsm12268.doc.htm

• Secretary-General, at launch of report on climate change and development, commends authors for
insights into ways to reduce associated risks (SG/SM/12245-ENV/DEV/1051, 14 May 2009):
http://www.un.org/News/Press/docs/2009/sgsm12245.doc.htm

• Green growth is essential to any stimulus / By Ban Ki-moon and co-authored by Al Gore, former
Vice-President of the United States (Editorial in the Financial Times, London, 17 February 2009):
http://www.un.org/sg/articleFullsearch.asp?TID=92&Type=Op-Ed

• World cannot afford to ignore, underestimate threat of climate change, says Secretary-General,
accepting leadership award in New Delhi (SG/SM/12085-ENV/DEV/1023, 5 February 2009):
http://www.un.org/News/Press/docs/2009/sgsm12085.doc.htm

• Secretary-General, in message to climate change conference, spells out challenges, lays out vision
of path from present paralysis to equitable future prosperity (SG/SM/11997-ENV/DEV/1018, 11
December 2008): http://www.un.org/News/Press/docs/2008/sgsm11997.doc.htm

Further information
• Cool Planet 2009: http://www.coolplanet2009.org/

• Seal the Deal Campaign: http://www.sealthedeal2009.org/

• Climate Community (UNDP): http://www.undpcc.org/

• Global Issues on the UN Agenda: Climate Change:
http://www.un.org/issues/m-climat.html

• Online Inventory of UN System Activities on Climate Change:
http://www.un.org/climatechange/projectsearch/

• UN Documentation on the Environment: Research Guide prepared by the UN Dag Hammarskjöld
Library: http://www.un.org/Depts/dhl/resguide/specenv.htm

• Resources on the Environment @ the UNOG Library:

http://www.unog.ch/unog/website/library.nsf/

(httpPages)/E73B6D4C39799B34C12575CC003BF3A4
?OpenDocument&unid=60249FAB9674BFA0C1256F560035AB55
Selection of Publications available online
• Trade and Climate Change: WTO-UNEP Report (June 2009):

http://www.wto.org/english/res_e/booksp_e/trade_climate_change_e.pdf

• Climate Policy Integration: Towards Operationalization (DESA Working Paper No. 73, March 2009):
http://www.un.org/esa/desa/papers/2009/wp73_2009.pdf

• UNEP and Partners: United to Combat Climate Change (December 2008):
http://www.unep.org/pdf/081127_POZNANBKL_web.pdf

• Acting on Climate Change: The UN System Delivering as One (November 2008):

http://www.un.org/climatechange/pdfs/Acting%20on%20Climate%20Change.pdf

• Kick the Habit: A UN Guide to Climate Neutrality (UNEP, 2008):
http://www.unep.org/publications/search/pub_details_s.asp?ID=3992

• Human Development Report 2007/2008: Fighting climate change: Human solidarity in a divided
world (UNDP):
http://hdr.undp.org/en/media/hdr_20072008_en_complete.pdf

• UNEP Publications on Climate Change:
http://www.unep.org/publications/search/title_search.asp?search=climate+change


• UNFCCC Publications:
http://unfccc.int/essential_background/background_publications_htmlpdf/items/2625.php

• IPCC Publications (including IPCC Assessment Reports)
http://www.ipcc.ch/publications_and_data/publications_and_data_reports.htm

• Vital Climate Change Graphics (UNEP/GRID-Arendal, 2005)
http://www.vitalgraphics.net/climate2.cfm

Selected Articles in UN journals
• UNite to combat CLIMATE CHANGE – Paint for the Planet (Tunza, Vol. 6, No.4, 2009):

http://www.unep.org/pdf/tunza/Tunza_6.4_EN.pdf

• Kick the Habit - Towards a low carbon economy (Our Planet, May 2008):
http://www.unep.org/pdf/ourplanet/OP_WEDMAY08.pdf

• Kick the habit (Tunza, Vol. 6, No. 1, 2008):
http://www.unep.org/pdf/tunza/Tunza_6.1_EN.pdf

• Maintaining momentum - Financing action on climate (Our Planet, February 2008):
http://www.unep.org/pdf/Ourplanet/2008/feb/en/OP-2008-02-en-FULLVERSION.pdf

• Now Is The Time: We must find a global response to this most global of problems / By United
Nations Secretary-General Ban Ki-moon (UN Chronicle Online Edition 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/062707_now_is_the_time.htm

• Nobel Peace Prize for IPCC / By Yuwei Zhang (UN Chronicle Online Edition, 19 October 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/101907_nobel_prize_ipcc.html

• Financing the Response to Climate Change: An Investment for the Future; United Nations High-
Level Meeting on Climate Change / By Yuwei Zhang (UN Chronicle Online Edition, 5 October 2007):

http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/100507_financing_the_response.html

• Green our World! (UN Chronicle, Volume XLIV Number 2, 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/issue2/0207cont.htm

• Africa gears up for climate change (Africa Renewal, Volume 21, Number 2, July 2007):
http://www.un.org/ecosocdev/geninfo/afrec/vol21no2/index.html

• Melting ice, a hot topic: Climate Change and the Cryosphere (Our Planet, May 2007):
http://www.unep.org/pdf/Ourplanet/2007/may/en/OP-2007-05-en-FULLVERSION.pdf

• Climate Change Impact on World's Cities: "About one third of the urban poor are environmental
refugees" / By Yuwei Zhang (UN Chronicle Online edition, 16 May 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/051707_impactofclimatechg.htm

• 'Constructive Outcome' at Climate Change Meeting / By Jonas Hagen (UN Chronicle Online edition,
21 March 2007): http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/032107_yvodeboer.htm

• A Call for Action on Climate Change / By Jonas Hagen (UN Chronicle Online edition, 1 March 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/030107_clim_chnge.htm

• Sir Nicholas Stern at the United Nations: Urgent Action Needed on Climate Change / By Jonas
Hagen (UN Chronicle Online edition, 21 February 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/022107_stern_atUN.htm

• Moving Forward on Climate Change: Yvo de Boer Visits New York / By Jonas Hagen (UN Chronicle
Online edition, 17 January 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/011707_climate.htm

UNRIC Library – August 2009
http://www.unric.org/html/english/library/backgrounders/climatechange_eng.pdf

Selected Articles in UN journals
• UNite to combat CLIMATE CHANGE – Paint for the Planet (Tunza, Vol. 6, No.4, 2009):
http://www.unep.org/pdf/tunza/Tunza_6.4_EN.pdf

• Kick the Habit - Towards a low carbon economy (Our Planet, May 2008):
http://www.unep.org/pdf/ourplanet/OP_WEDMAY08.pdf

• Kick the habit (Tunza, Vol. 6, No. 1, 2008): http://www.unep.org/pdf/tunza/Tunza_6.1_EN.pdf
• Maintaining momentum - Financing action on climate (Our Planet, February 2008):
http://www.unep.org/pdf/Ourplanet/2008/feb/en/OP-2008-02-en-FULLVERSION.pdf

• Now Is The Time: We must find a global response to this most global of problems / By United
Nations Secretary-General Ban Ki-moon (UN Chronicle Online Edition 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/062707_now_is_the_time.htm

• Nobel Peace Prize for IPCC / By Yuwei Zhang (UN Chronicle Online Edition, 19 October 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/101907_nobel_prize_ipcc.html

• Financing the Response to Climate Change: An Investment for the Future; United Nations High-
Level Meeting on Climate Change / By Yuwei Zhang (UN Chronicle Online Edition, 5 October 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/100507_financing_the_response.html

• Green our World! (UN Chronicle, Volume XLIV Number 2, 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/issue2/0207cont.htm

• Africa gears up for climate change (Africa Renewal, Volume 21, Number 2, July 2007):
http://www.un.org/ecosocdev/geninfo/afrec/vol21no2/index.html

• Melting ice, a hot topic: Climate Change and the Cryosphere (Our Planet, May 2007):
http://www.unep.org/pdf/Ourplanet/2007/may/en/OP-2007-05-en-FULLVERSION.pdf

• Climate Change Impact on World's Cities: "About one third of the urban poor are environmental
refugees" / By Yuwei Zhang (UN Chronicle Online edition, 16 May 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/051707_impactofclimatechg.htm

• 'Constructive Outcome' at Climate Change Meeting / By Jonas Hagen (UN Chronicle Online edition,
21 March 2007): http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/032107_yvodeboer.htm

• A Call for Action on Climate Change / By Jonas Hagen (UN Chronicle Online edition, 1 March 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/030107_clim_chnge.htm

• Sir Nicholas Stern at the United Nations: Urgent Action Needed on Climate Change / By Jonas
Hagen (UN Chronicle Online edition, 21 February 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/022107_stern_atUN.htm

• Moving Forward on Climate Change: Yvo de Boer Visits New York / By Jonas Hagen (UN Chronicle
Online edition, 17 January 2007):
http://www.un.org/Pubs/chronicle/2007/webArticles/011707_climate.htm

UNRIC Library – August 2009
http://www.unric.org/html/english/library/backgrounders/climatechange_eng.pdf

Friday, 28 August 2009

Ensemble pour une Afrique forte Coopération dans le domaine de l’eau

Eau et développement

Sans approvisionnement en eau propre, sans assainissement de base et sans une meilleure gestion des ressources en eau, de nombreux Objectifs du Millénaire définis en 2000 au niveau international ne pourront être atteints – notamment la réduction de la mortalité infantile, l’égalité entre les sexes ou l’amélioration de la sécurité alimentaire. Actuellement, en Afrique, le nombre de personnes n’ayant pas accès à une eau propre s’élève à 300 millions, soit 40 % de la population du continent. Plus de 60 % des Africains ne disposent pas d’une couverture sanitaire suffisante.

C’est pour cette raison que l’Allemagne, dans sa coopération au développement avec l’Afrique, donne la priorité à l’amélioration de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement de base. En effet, nous savons, d’une part, que l’approvisionnement en eau propre se répercute positivement sur la situation sanitaire générale – notamment la mortalité infantile et maternelle – et sur l’égalité des chances des femmes, et d’autre part, que la pénurie d’eau peut engendrer des conflits et menacer la paix et la sécurité au niveau national et régional.

En fixant des pôles d’intervention prioritaires dans le cadre d’une division internationale du travail, nous pouvons mieux coordonner notre action avec les autres donateurs et nos partenaires et gagner ainsi en efficacité. La mise en œuvre de la division du travail prévue par la Déclaration de Paris exige que nous nous concentrions sur nos pôles d’action prioritaires, que nous formulions des offres de coopération transparentes et axées sur le développement et que nous entamions un dialogue pour en débattre. Tous les efforts de l’Allemagne visent à combattre efficacement la pauvreté en Afrique et à favoriser le développement économique et social dans l’intérêt de chaque être humain

http://www.bmz.de/en/service/infothek/fach/fr/thematique_170_pdf.pdf

AMELIORER L’ACCES DES POPULATIONS URBAINES DEMUNIES AUX SERVICES D’EAU ET D’ASSAINISSEMENT
Recueil des bonnes pratiques en Afrique subsaharienne
Water
Desserte des populations urbaines défavorisées :
un aperçu de l’expérience régionale

2.1 Un contexte d’urbanisation rapide et de pauvreté croissante
L’Afrique a le taux de couverture le plus bas au monde en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement. Plus d’un africain sur trois vivant en milieu urbain n’a actuellement pas accès à une eau de qualité ni à un système d’assainissement adéquat. En l’an 2000, les niveaux de couverture en eau et en assainissement étaient respectivement de 62 % et 60 %. L’Afrique enregistre également un taux d’urbanisation plus rapide que partout ailleurs dans le monde. Entre 1990 et 2025, on s’attend à ce que la population urbaine totale passe de 300 à 700 millions d’habitants1 ; et on estime qu’en 2020, plus de la moitié de la population des pays africains résidera en milieu urbain2.

Accompagner le rythme rapide de la croissance démographique dans les zones urbaines : tel est le principal défi auquel sont confrontés les acteurs du secteur des services publics de base. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour atteindre l’objectif de développement du millénaire fixé récemment, et qui consiste à diminuer de moitié les populations non servies d’ici 2015, il va falloir augmenter de 80 % les usagers urbains bénéficiant des services3. Cet objectif suppose d’installer entre 6 000 à 8 000 nouveaux branchements par jour4. Il importe d’obtenir un engagement politique pour la réalisation de ces objectifs, appuyé par des ressources financières et des dispositions pratiques, si l’on veut éviter que ne se creuse davantage le fossé entre les ménages qui bénéficient des services et ceux qui n’en bénéficient pas.
Etant donné que les quartiers informels et spontanés constituent les principaux réservoirs de la croissance démographique urbaine, la desserte des populations urbaines démunies va devenir de plus en plus difficile. Ces quartiers informels (souvent appelés bidonvilles, zones à faibles revenus, ou encore quartiers précaires) abritent aujourd’hui entre 40 et 70 % de la population urbaine. Le terme de quartier informel recouvre des réalités différentes, depuis les zones sordides à forte densité du centre ville jusqu’aux quartiers périphériques spontanés sans reconnaissance légale. Certains quartiers ont plus de cinquante ans et d’autres sont le fait d’une expansion urbaine récente. A la lumière des projections et du fait que les conditions ne sont pas les mêmes entre les pays et les villes, on estime que presque la moitié des africains vivant en milieu urbain – environ 300 millions de personnes – habiteront dans des bidonvilles en 2020, à moins que les approches actuelles du développement urbain ne changent profondément.

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique

Aujourd’hui, un Africain sur trois vivant en ville n’a accès ni à l’eau potable ni à l’assainissement. L’un des objectifs de développement du Millénaire est d’assurer à au moins la moitié de la population mondiale un accès aux services de base, soit toucher 400 millions de personnes d’ici 2015, ce qui correspond à 6000 connections par jour à un réseau d’approvisionnement en eau potable, si l’on privilégie la solution réseau. Ce défi est immense et se trouve au coeur des préoccupations de l’Afrique. Ce sont les pauvres qui payent les services aux prix les plus élevés (jusqu’à 10 fois plus cher) alors qu’ils ne sont pas ou mal desservis. Connecter les pauvres aux services de base, c’est donc lutter contre la pauvreté. Dans cette démarche d’accès aux services, l’assainissement reste le parent pauvre alors qu’il ne devrait pas
être dissocié des services d’approvisionnement en eau.

http://www.pseau.org/event/waterdome/sessions/lien4.pdf

Les vicissitudes du développement durable

L'eau, l'assainissement et le logement figurent parmi les priorités de l'Afrique

Par Gumisai Mutume

Plus d'une décennie après la Conférence des Nations Unies sur le développement durable tenue à Rio de Janeiro (Brésil), le monde s'efforce toujours d'atteindre les ambitieux objectifs qui y ont été fixés. Selon les estimations, 1,5 milliard de personnes n'ont toujours pas accès à l'eau potable et quelque 2,5 milliards n'ont pas accès à des services d'assainissement. Près d'un milliard de personnes vivent dans des bidonvilles, chiffre qui devrait doubler au cours des 30 prochaines années.

C'est le sombre tableau qui a été présenté à la 12ème session de la Commission du développement durable, tenue à New York du 14 au 30 avril. La Commission a pour fonction de surveiller l'application des accords de Rio mais les représentants ont également examiné les progrès accomplis en matière d'adduction d'eau, d'assainissement et d'établissements humains, comme cela avait été décidé au Sommet mondial pour le développement durable à Johannesburg en 2002.

L'eau : des problèmes graves

Si la situation mondiale est loin d'être encourageante, celle de l'Afrique est encore plus grave. Dans cette région ­ la plus pauvre du monde ­ la plupart des indicateurs montrent que les progrès demeurent des plus lents.

Bien que l'un des objectifs fixés au sommet de Johannesburg consiste à réduire de moitié la proportion des personnes qui n'ont pas accès à l'eau potable et à l'assainissement d'ici à 2015, plus de 300 millions d'Africains n'ont toujours pas accès à de l'eau salubre et 14 pays du continent connaissent des pénuries d'eau. Trente-cinq des 55 pays au monde où la consommation quotidienne d'eau par personne est inférieure à 50 litres (le minimum fixé par l'Organisation mondiale de la santé) se trouvent en Afrique. Près d'un Africain sur deux souffre d'au moins une des six principales maladies d'origine hydrique.

Selon le Programme des Nations Unies pour le développement, la proportion de citadins ayant accès à l'eau potable en Afrique subsaharienne n'a baissé que légèrement, passant de 86 % en 1990 à 83 % en 2000.

"Les problèmes d'eau en Afrique sont aigus et complexes", a déclaré le Ministre nigérian de l'eau, Mukhtari Shehu Shagari, à la session de la Commission du développement durable. Les plans d'eau se rétrécissent en Afrique. La superficie du lac Tchad, par exemple, est passée de 25 000 km2 dans les années 60 à moins de 3 000 km2 aujourd'hui, ce qui a une incidence sur plus de 20 millions de personnes.

Pourtant, l'Afrique disposerait d'abondantes ressources en eau qui ne sont pas efficacement utilisées. Dotée de 17 grands fleuves et de plus de 160 lacs majeurs, l'Afrique n'utilise que 4 % environ de sa quantité annuelle totale de ressources renouvelables en eau pour l'agriculture, l'industrie et les besoins ménagers. Le problème, dit M. Shagari, consiste à amener l'eau là où on en a le plus besoin, à un coût abordable et de manière efficace. A l'heure actuelle, 50 % environ des ressources en eau urbaines sont gaspillées, tout comme 75 % des eaux d'irrigation.

Investissements nécessaires

Lors d'une conférence panafricaine sur l'eau tenue à Addis-Abeba (Ethiopie) en décembre 2003, les ministres africains chargés de l'eau et les planificateurs du développement ont indiqué que le manque de ressources et de technologies étaient les principaux obstacles à la recherche d'une solution au problème de l'eau et de l'assainissement en Afrique. "Entre 1990 et 2000, les investissements annuels dans le domaine de l'eau et de l'assainissement se sont élevés en moyenne à 4,6 milliards de dollars, soit 40% du montant nécessaire pour satisfaire les besoins fondamentaux," a déclaré à la réunion M. K.Y. Amoako, Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l'Afrique.

Nombreux sont les pays qui ne disposent pas des crédits nécessaires. Au cours des 20 dernières années, l'Afrique a enregistré de faibles taux de croissance économique, avec pour conséquence des difficultés financières et des ressources publiques sans cesse décroissantes mises à rude épreuve par des besoins antagoniques. Les allocations budgétaires aux services sociaux tels que la santé, l'éducation, l'approvisionnement en eau et l'assainissement en ont ainsi pâti. Qui plus est, les apports des donateurs dans ce secteur ont aussi baissé.

La réunion d'Addis-Abeba a débouché sur l'élaboration d'un cadre pour la gestion de l'eau sur le continent dénommé "Africa Water Vision 2025", qui appelle à allouer davantage de ressources à ce secteur. Selon ce plan, le continent doit investir au moins 20 milliards de dollars par an au cours des 20 prochaines années pour atteindre ses objectifs. Sur ce montant, au moins 12 milliards de dollars devraient être consacrés aux services d'adduction d'eau et d'assainissement de base. "L'eau est la clé de voûte de la réalisation de l'objectif consistant à réduire de moitié la pauvreté et la faim d'ici à 2015," dit M. Shagari, Ministre nigérian de l'eau.

Les participants à la conférence d'Addis-Abeba sont donc convenus de créer des équipes spéciales nationales pour établir des plans nationaux indiquant les cibles annuelles en matière d'approvisionnement en eau et d'assainissement. Les ministres se sont engagés à allouer 5% au moins du budget national à l'eau et à l'assainissement dans un délai de cinq ans. Ils ont également décidé de créer un fonds, le Fonds africain pour l'eau, en vue de mobiliser, d'ici à 2008, plus de 600 millions de dollars pour des programmes relatifs à l'eau et à l'assainissement.

Toutefois, si la plupart des gouvernements prennent pour prétexte le manque de ressources financières, le problème tient en fait à la façon dont les crédits sont dépensés, dit M. Gourisankar Ghosh, Directeur exécutif du Conseil de concertation pour l'approvisionnement en eau et l'assainissement, organisation non gouvernementale internationale. Selon M. Ghosh, environ 5 milliards de dollars d'aide fournie par les donateurs sont consacrés chaque année à l'eau et à l'assainissement tandis que les gouvernements des pays en développement y consacrent à peu près le même montant. "Le problème, c'est que l'assainissement est une question de caractère très local qui touche chaque ménage et chaque individu ; pourtant, dans la recherche de solutions, les gouvernements adoptent une approche du sommet à la base sans y associer les populations," a déclaré M. Ghosh à Afrique Renouveau. "Et quand cela ne réussit pas, on évoque le manque d'argent comme étant le problème."

Par ailleurs, poursuit-il, de nombreux gouvernements traitent la question de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement comme un phénomène distinct plutôt que comme un aspect d'un programme élargi de développement qui englobe l'éducation, l'autonomisation des femmes, la participation communautaire, la promotion de marchés viables et la mise en valeur des ressources humaines. "L'assainissement est une question multiforme. Ça ne consiste pas seulement à construire des latrines."

Multiplication de bidonvilles

La Directrice exécutive de la Conférence des Nations Unies sur les établissements humains, Anna Kajumulo Tibaijuka, a abondé dans le même sens, s'agissant de la participation des gouvernements et des collectivités. "Les pauvres ne sont pas de simples objets passifs," a-t-elle déclaré. "Très souvent, ils règlent leurs problèmes eux-mêmes, mais les gouvernements ne reconnaissent pas leurs efforts. Au lieu d'exploiter leur énergie, ils dissuadent les pauvres de participer à l'amélioration de leurs propres conditions de vie."

Nombreux sont les exemples établis de collectivités qui prennent en charge leurs besoins en matière de logement, avec peu ou pas du tout d'aide des pouvoirs publics. En Afrique du Sud par exemple, un mouvement populaire dénommé 'South African Homeless Peoples Federation' encourage les populations locales à s'organiser en groupes d'épargne informels en vue de construire leur propre logement. Créée au début des années 90, la fédération a permis à d'anciens habitants de bidonvilles, dont la majorité de femmes, de construire 14 000 logements à faible coût à travers tout le pays. Elle appuie actuellement des groupes d'épargne semblables au Ghana, au Kenya, à Madagascar, en Namibie, en Ouganda, au Swaziland, en Zambie et au Zimbabwe.


Dans certaines zones urbaines en Afrique, diverses questions de gouvernance compliquent davantage les problèmes de logement, ce qui entrave une gestion urbaine efficace. La faiblesse de l'Etat et des municipalités favorise une situation où "personne n'assume la responsabilité, personne n'offre une orientation," nous a déclaré Mme Rosemary Rop, de l'organisation non gouvernementale kényane Maji Na Ufanisi.

Qui plus est, les gouvernements ne dégagent pas suffisamment de ressources pour trouver des solutions aux problèmes des bidonvilles existants, ce qui en fait encore plus des terreaux de la surpopulation, de la pauvreté et de l'exclusion sociale. "Les pouvoirs publics se contentent de qualifier ces établissements informels d'illégaux et ne leur fournissent pas de services," dit Mme Rop. A Nairobi, 60 % de la population vit dans des bidonvilles qui ne représentent que 5 % du territoire de la ville. Il en est ainsi de la plupart des grandes villes africaines, dont 40 % à 70 % des habitants vivent dans des bidonvilles.

La tâche à accomplir semble insurmontable. Alors que les dirigeants du monde se sont engagés à améliorer les conditions de vie de plus 100 millions d'habitants des bidonvilles d'ici à 2020, le nombre de personnes vivant dans des établissements informels devrait doubler au cours des 30 prochaines années, passant à 2 milliards.

Pour que l'Afrique réalise ses objectifs de développement durable, elle doit trouver des solutions faisant intervenir tous les secteurs, dit le Conseiller spécial de l'ONU pour l'Afrique, M. Ibrahim Gambari. "S'il est un enseignement qu'on a tiré concernant le développement, c'est le caractère indispensable du partenariat entre les secteurs public et privé et la société civile," ajoute-t-il. "L'eau, l'assainissement et les établissements humains se prêtent à diverses formes de partenariat." Toutefois, indique-t-il, "l'action communautaire ne saurait ni ne devrait se substituer à une politique d'intérêt général efficace. Les gouvernements devraient ouvrir la voie en s'acquittant des engagements qu'ils ont pris."

http://www.un.org/french/ecosocdev/geninfo/afrec/vol18no2/182environfr.htm

L’Afrique face aux changements climatiques

Apprendre à gérer la montée des températures et l’imprévisibilité climatique

Par Michael Fleshman
Teshoma Abera, cultivateur éthiopien, déplore le manque de pluie et sa mauvaise récolte.

La vie n’était pas facile pour Mohammadu Bello, pêcheur de son état ni pour ses neuf enfants, mais ils subsistaient grâce aux eaux peu profondes du lac Tchad, un large plan d’eau douce aux confins du Niger, du Tchad, du Nigéria et du Cameroun. Le poisson-chat se vendait bien au marché de Doron Baga, lui permettant de nourrir sa famille. Mais cette époque est révolue. Lae retrait progressif des eaux a mis M. Bello et ses voisins en grande difficulté et risque de mener à la disparition pure et simple d’un lac considéré autrefois comme l’un des plus grands d’Afrique. “Il y a 27 ans, quand j’ai commencé ma vie de pêcheur, on attrapait du poisson de la taille d’un homme, confiait M. Bello en janvier à la British Broadcasting Corporation. A présent, dit-il, les poissons sont petits et le peu qui reste est transporté au marché par camions qui traversent le lit du lac à sec.”

Les scientifiques et les chercheurs affirment que la baisse du niveau des eaux est partiellement imputable à leur utilisation croissante à des fins d’irrigation et de consommation. Mais plus inquiétants à leur avis sont les changements climatiques qui affectent la région, réduisant les précipitations qui remplissaient autrefois le lac et ses affluents. Ces changements, qui surviennent partout dans le monde, sont aujourd’hui communément attribués aux activités humaines, en particulier celles qui consomment du pétrole et d’autres combustibles fossiles polluants. Les gaz produits s’accumulent dans l’atmosphère, retenant la chaleur solaire et faisant monter la température de la terre. Ce phénomène, connu sous le nom de réchauffement planétaire, a des incidences sur les chutes de pluies et autres phénomènes atmosphériques et climatiques, mettant en danger la vie humaine, animale et végétale du fait des conséquences potentiellement catastrophiques des changements climatiques.

Certes, ces notions scientifiques sont un peu abstraites pour des pêcheurs comme Mohammadu Bello, mais leurs conséquences sont bien réelles. “Je n’ai aucune idée de ce qu’est le réchauffement de la planète, admet-il. Mais je vois bien que le lac disparaît et nous avec lui.”

Certaines régions de l’Afrique recevront moins de précipitations, alors que d’autres connaîtront des inondations plus graves.

En vérité, Mohammadu s’est adapté ; il travaille à présent, avec sa famille, le sol fertile abandonné par le retrait des eaux du lac et vend ses légumes sur le marché de Doron Baga. Mais l’avenir des quelque 20 millions de personnes qui dépendent de l’eau du lac et de ses affluents est moins assuré.

Alors que l’on se prépare partout dans le monde à lutter contre les effets inévitables du réchauffement planétaire et que de nouveaux moyens sont à l’étude pour tenter de réduire les émissions de gaz qui en sont la cause, des millions de personnes devront, comme M. Bello, s’adapter à la situation – un défi particulièrement redoutable en Afrique.

Incidences locales
Après des dizaines d’années de controverses sur les causes et incidences possibles du réchauffement planétaire, des études publiées par 2 500 scientifiques de 130 pays dans le cadre des travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, établi par les Nations Unies, ont finalement tranché la question. En février 2007, le Groupe a prouvé de façon scientifique et irréfutable que l’utilisation de combustibles fossiles comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel produisait tous les ans dans l’atmosphère des milliards de tonnes de gaz à effet de serre.

Le Président du Groupe d’experts, Rajendra Pachauri, a affirmé en avril qu’il serait possible de diminuer la quantité d’émissions nocives et d’enrayer le réchauffement en ayant recours aux technologies “vertes” plus propres et en modifiant les habitudes des consommateurs. Il est trop tard en revanche, d’après lui, pour éviter les incidences parfois graves des changements climatiques sur notre planète. “Ce sont les populations les plus démunies qui en souffriront le plus”, a-t-il prévenu.

Manifestation à Nairobi (Kenya) contre le refus des pays développés de limiter les émissions de gaz qui contribuent au réchauffement planétaire.
Continent le plus pauvre et le moins avancé du monde, l’Afrique aura du mal à s’adapter. Bien que l’Afrique subsaharienne ne produise que moins de 4 % des gaz à effet de serre de la planète, les scientifiques estiment quasiment certain que les divers systèmes climatiques et écologiques du continent ont déjà été endommagés par le réchauffement planétaire.

Le réchauffement planétaire risque d’avoir des conséquences particulièrement inquiétantes sur les réserves d’eaux. Pour le moment, l’Afrique a la chance de disposer d’importantes réserves d’eaux inexploitées et on prévoit même que certaines régions arides du continent pourraient recevoir des précipitations plus fréquentes. En revanche, le Sahel et d’autres régions semi-arides risquent de souffrir d’une aggravation de la sécheresse. Un tiers de la population du continent vit déjà dans des zones de sécheresse, et 75 à 250 millions de personnes supplémentaires pourraient perdre leurs moyens de subsistance du fait des changements climatiques d’ici la fin de la prochaine décennie. Les régions sujettes à inondations de l’Afrique australe pourraient devenir plus humides encore du fait de l’évolution des conditions climatiques, les inondations étant plus fréquentes et plus graves.

Cultures et littoraux menacés
L’agriculture du continent, qui souffre déjà de sa dépendance vis-à-vis de l’irrigation pluviale, de la mauvaise qualité des sols et de techniques et pratiques dépassées, risque d’être durement touchée à mesure que la sécheresse et les inondations s’étendront, que les températures et les saisons de végétation changeront et que les éleveurs et bergers seront contraints de quitter leurs terres.

Un tel scénario constituerait une catastrophe humanitaire et économique sur un continent où les activités agricoles représentent 70 % des emplois et sont souvent le moteur des économies nationales, sources de recettes d’exportation, de matières premières industrielles et de denrées alimentaires à bas prix. Des études prévoient que d’ici à 2020, les cultivateurs de certains pays ne récolteront que 50 % de leur production actuelle. Le secteur de la pêche risque également de souffrir de l’assèchement des lacs et des fleuves et de la disparition d’espèces commerciales de poisson.

La montée des températures risque en outre d’entraîner la fonte des calottes glacières polaires, provoquant la montée du niveau des océans et menaçant les littoraux et les îles de la planète, en particulier les îles et zones côtières de basse altitude de l’Afrique de l’Est, qui risquent d’être fréquemment inondées ou définitivement submergées.

Le réchauffement des eaux pourrait en outre avoir des incidences sur les ouragans et autres violentes tempêtes océaniques, intensifiant leur force et leur fréquence. Les activités de pêche en zone côtière et leurs écosystèmes fragiles pourraient aussi pâtir d’une éventuelle montée du niveau des mers.

“Déplacés climatiques”
L’ONU estime que, du fait de la détérioration des conditions de vie, quelque 50 millions de personnes “déplacées climatiques” de par le monde pourraient se joindre aux flux de migrants qui traversent les frontières et les océans à la recherche de nouveaux moyens d’existence. Bon nombre d’entre eux s’installeront dans des villes surpeuplées qui ont déjà du mal à offrir des emplois, des logements et des services de base.

Les grandes forêts d’Afrique aident à absorber les gaz nocifs dans l’atmosphère et les gouvernements s’efforcent de réduire l’exploitation forestière sauvage et autres pratiques qui accélèrent la déforestation.

Ce phénomène se répercutera également sur des parasites comme la mouche tsé-tsé et des maladies parasitaires comme le paludisme. Le paludisme est la maladie qui tue le plus d’enfants en Afrique et prive les économies du continent de quelque 12 milliards de dollars par an. Compte tenu de la propension des moustiques porteurs de la maladie à prospérer dans des conditions de température et d’humidité bien précises, certaines régions touchées pourraient voir disparaître ce fléau à mesure que la sécheresse s’intensifie. A l’inverse, d’autres zones non contaminées pourraient le devenir. L’Organisation mondiale de la santé prévoit que 80 millions de personnes dans le monde risquent d’être infectées à mesure que l’épidémie se propage dans des populations dépourvues de protection naturelle.

Les différentes espèces végétales et animales de l’Afrique ne seraient pas épargnées non plus. Une étude réalisée sur près de 5 200 espèces végétales du continent prévoit que le cadre naturel d’environ 5 000 d’entre elles aura largement disparu en raison des changements climatiques et 2 100 d’entre elles seront complètement privées de leur habitat naturel d’ici à 2085. La faune africaine n’est pas mieux lotie. D’après certaines études, les deux-tiers des espaces animales du parc animalier Kruger d’Afrique du Sud, bien connu, sont mena­cés d’extinction.

Adaptation
Conscients de la vulnérabilité du continent, les dirigeants africains soutiennent depuis longtemps la lutte de la communauté internationale contre le réchauffement planétaire et les changements climatiques. Les gouvernements du continent ont joué un rôle déterminant dans l’élaboration de la Convention des Nations Unies de 1994 sur la lutte contre la désertification, phénomène particulièrement préoccupant pour un continent où les deux-tiers des sols sont arides ou semi-arides. De nombreux pays africains ont par ailleurs signé la Convention-cadre de 1992 sur les changements climatiques et le Protocole de Kyoto de 1997.

Mais la réduction des émissions n’a jamais constitué la priorité absolue d’un continent dont les rares industries et réseaux de transport et d’électricité ne produisent que de faibles quantités de gaz à effet de serre. Les gouvernements du continent s’efforcent plutôt de se préparer aux bouleversements climatiques à venir et d’aider les communautés vulnérables à s’y adapter. En septembre 2006, le secrétariat de la Convention-cadre a organisé un atelier consacré à l’adaptation aux changements climatiques avec la participation de 33 gouvernements africains et d’organisations internationales et associations de la société civile. La réunion a souligné la nécessité d’établir de meilleurs mécanismes de surveillance et d’alerte rapide et a appelé à l’intégration de stratégies d’adaptation à long terme dans les programmes de développement et de planification en prévision des catastrophes.

Les programmes de développement de l’Afrique comportent en effet de nombreux éléments susceptibles de renforcer les moyens de lutte des communautés et des pays contre les changements climatiques. Les réseaux d’irrigation, par exemple, contribuent fortement aux efforts visant à renforcer la sécurité alimentaire et améliorer l’existence des agriculteurs de nombreux pays du continent. Compte tenu du fait que 4 % seulement des terres arables africaines sont irriguées, les plans de développement agricole insistent sur la nécessité d’arroser de plus grandes superficies. L’irrigation est également un excellent remède lorsque les saisons pluvieuses se font plus imprévisibles et moins fréquentes à cause des changements climatiques.

La principale difficulté est d’ordre financier. C’est ce qu’a affirmé à Afrique Renouveau l’expert sierra-léonais de la météorologie Ogunlade Davidson de son bureau de Freetown. “Les changements climatiques auront des incidences considérables pour l’agriculture africaine. Mais sans un financement suffisant, elle n’en sera pas capable, car l’irrigation, les engrais, les techniques agricoles modernes et les semences de bonne qualité coûtent beaucoup d’argent, dit-il. En vérité, comme l’Afrique n’a jamais profité des avantages financiers qui ont causé au départ la production de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, elle n’a jamais accumulé les richesses nécessaires pour lutter contre les bouleversements climatiques.”

“L’heure d’agir”
L’Afrique reçoit néanmoins de l’aide de la part de deux fonds administrés par le Fonds mondial pour l’environnement, organisme de financement établi en 1991 pour participer aux projets de préservation de l’environnement des pays en développement. Le Fonds pour les pays les moins avancés (PMA) est réservé aux Etats de cette catégorie, alors que le Fonds spécial pour les changements climatiques finance les projets d’adaptation, de gestion énergétique, de transfert technologique et de diversification économique liés aux conditions climatiques dans tous les pays en développement. Depuis son lancement en 2001, le Fonds a reçu près de 116 millions de dollars d’annonces de contribution, dont moins de la moitié a été effectivement versée. Le Fonds spécial pour les changements climatiques a reçu des annonces de contribution de l’ordre de 62 millions de dollars, dont plus de 52 millions lui sont parvenus.

Les pays participant à ces projets doivent formuler, en consultation avec le secteur privé et la société civile, des plans d’action nationaux pour l’adaptation, qui recensent les secteurs vulnérables, précisent les besoins et fixent les priorités d’action de chaque pays. Les projets ainsi définis peuvent ensuite être financés. Le Fonds mondial pour l’environnement est administré par le Programme des Nations Unies pour l’environnement, la Banque mondiale et le Programme des Nations Unies pour le développement.

L’Ethiopie a reçu du fonds spécial 1 million de dollars pour l’aider à financer un programme de 3 millions de dollars visant à lancer des projets pilotes de lutte contre l’érosion des sols dans les régions arides du nord du pays. Le projet consiste également à offrir aux éleveurs et agriculteurs les moyens de lutter contre la sécheresse. Le Kenya a reçu 6,5 millions de dollars pour l’aider à mener un projet de 51 millions de dollars qui lui permettra d’établir, aux niveaux national, régional et local, des mécanismes capables de détecter et de gérer les changements climatiques et d’encourager la participation du secteur privé aux projets d’adaptation à ces changements.

Cependant, d’après M. Davidson, spécialiste des questions énergétiques et co-président du rapport sur la réduction des émissions des gaz à effet de serre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, les financements consentis sont trop faibles pour véritablement changer la situation des communautés vulnérables. Jusqu’à très récemment, a-t-il souligné, l’argent déboursé par la communauté internationale à cet effet était essentiellement réservé à la recherche scientifique sur les causes du réchauffement planétaire et aux moyens d’en atténuer les conséquences plutôt qu’aux programmes d’adaptation sur le plan local.

A son avis, la solution passe par l’engagement de la communauté internationale, car “c’est elle qui a les moyens d’intervenir. Mais si cette aide est assortie d’une longue liste d’obstacles et de conditions bureaucratiques, les pays demandeurs n’y auront pas accès et les problèmes perdureront, prévoit-il. Le temps des études et des projets pilotes est révolu. Il est temps d’agir”, conclut-il.

Le NEPAD pour la croissance verte
Reste à savoir si ces ressources seront véritablement disponibles, car, malgré des dizaines d’années d’efforts, l’Afrique n’a jamais réussi à réunir les capitaux nécessaires à la lutte pour la réduction de la pauvreté.

Il n’est donc pas étonnant qu’en préambule, le plan d’action pour l’environnement, partie intégrante du Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), cite les taux de pauvreté croissants et l’accélération de la dégradation de l’environnement comme deux maux interdépendants dont souffre l’Afrique.

Le plan d’action, formulé en 2003 avec le concours du Programme des Nations Unies pour l’environnement, affirme par ailleurs qu’en Afrique, la pauvreté est à la fois la première cause et la première conséquence de la détérioration de l’environnement et de l’épuisement des ressources. Le document insiste également sur la nécessité absolue de lutter contre la pauvreté.

Le plan d’action souligne par ailleurs l’importance des projets en faveur de l’environnement, de la mise en place de systèmes de surveillance de l’environnement plus perfectionnés, de la recherche et de l’établissement de partenariats plus efficaces sur le plan international pour encourager les transferts de technologie “verte”, renforcer les capacités d’intervention et d’alerte rapide en cas de catastrophe et atténuer l’impact des changements climatiques sur les populations les plus vulnérables.

L’Afrique participant peu au réchauffement planétaire, l’accent est également mis sur la contribution de l’Afrique au ralentissement de la montée des températures dans le monde, grâce notamment aux forêts africaines, qui absorbent et retiennent le gaz carbonique, principal facteur de réchauffement. L’Afrique compte 17 % des forêts de la planète et 25 % des forêts tropicales, qui contribuent à purifier l’air des émissions polluantes produites à des milliers de kilomètres. Les forêts abritent par ailleurs une extraordinaire variété de flore et de faune, 1,5 million d’espèces différentes selon les estimations, qui assure la subsistance de millions de personnes.

Forêts en extinction
D’après le NEPAD, toutefois, les forêts d’Afrique disparaissent actuellement au rythme de plus de 5 millions d’hectares par an, victimes d’une exploitation commerciale excessive et non viable, et des méthodes de défrichage par brûlis. Près des deux-tiers de l’énergie produite par le continent provient du bois de chauffage utilisé surtout à des fins de cuisine et de chauffage, ce qui représente une menace supplémentaire pour les surfaces boisées.

Bien que les gouvernements africains et la communauté internationale aient récemment redoublé d’efforts pour préserver et remettre en état les forêts du continent, les résultats sont maigres.

D’après le plan d’action du NEPAD, la meilleure manière de préserver les forêts d’Afrique consiste à formuler et faire respecter une législation viable en matière d’exploitation forestière et à améliorer les rendements agricoles pour ralentir le défrichage à des fins agricoles. Mais cela n’est pas évident, car le bois constitue un produit d’exportation prisé pour certains pays et la réduction de ces exportations se solderait par un manque à gagner difficile, voire impossible à combler. Malgré la priorité accordée par le NEPAD à l’augmentation de la production agricole et à la valorisation des revenus agricoles, la réforme rurale du continent demeure coûteuse et laborieuse, les progrès obtenus dans ce domaine ayant été trop lents pour empêcher le nombre de personnes souffrant de la faim d’augmenter d’un million par an.

Fin mai 2007, le secrétariat du NEPAD a fait savoir qu’un collectif de 800 experts afri­cains de l’environnement, de la préservation et de l’économie avaient élaboré une série de mesures détaillées d’adaptation aux changements climatiques pour chaque sous-région du continent. Ces mesures seront présentées par les chefs d’Etat africains à la prochaine réunion de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qui se tiendra à la fin de l’année à Bali.

Marchés plus verts
Même si elle est plus urgente en Afrique, la question de concilier les besoins environnementaux pressants avec les dures réalités économiques se pose partout. Les dépenses qu’entraîne la réduction des émissions de gaz à effet de serre ont freiné les initiatives envisagées depuis une dizaine d’années, même dans les pays riches. Lorsque les scientifiques expliquent qu’il serait moins coûteux d’éliminer dès à présent les émissions pour prévenir les conséquences les plus graves des changements climatiques, certains gouvernements répliquent qu’il faut procéder à des réductions plus progressives et plus modestes, étant donné le coût de ces mesures pour les entreprises et les consommateurs et les préjudices possibles pour l’économie mondiale.

Dans une étude importante réalisée en 2006 sur les aspects économiques des changements climatiques au Royaume-Uni, Sir Nicholas Stern, ancien économiste en chef à la Banque mondiale, explique que la nature même des marchés libéralisés les empêche d’être naturellement plus verts. Et de fournir l’exemple suivant : les bénéfices provenant de la production d’une tonne d’acier sont partagés par une poignée d’individus — les propriétaires de l’aciérie, les ouvriers et les actionnaires, alors que, calculé en termes d’émission de gaz à effet de serre et de dommages infligés à l’environnement, le coût de cette tonne d’acier se répartit entre des milliards de personnes dans le monde sur de nombreuses générations. C’est précisément pourquoi, poursuit-il, les propriétaires de l’aciérie n’auront aucune motivation pour augmenter leurs coûts de production de façon à réduire la pollution. “Les changements climatiques représentent la faillite la plus grave des marchés que le monde ait jamais connu”, a estimé Sir Stern.

Toute réforme économique devra donc sanctionner plus sévèrement les pollueurs si l’on veut enrayer la progression du réchauffement planétaire. Certains ont proposé l’imposition d’une taxe sur les émissions de gaz à effet de serre — de telle sorte que la prévention serait moins coûteuse que la production d’émissions. Cet “impôt sur le gaz carbonique” se heurte toutefois à une vive opposition dans de nombreux pays et n’a été adopté que par une poignée de pays.

Une autre méthode de quantification de la pollution — le mécanisme d’échange des droits d’émission — a connu plus de succès depuis l’entrée en vigueur du Protocole de Kyoto. Ce dernier exige des pays industriels signataires qu’ils réduisent leur production de gaz à effet de serre d’environ 5 % par rapport aux niveaux des années 1990. Le Protocole a également établi le Mécanisme pour le développement propre de la Conférence-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, qui autorise les industries les plus polluantes à acheter des droits de pollution de pays peu polluants en échange d’investissements dans les projets écologiques de ces derniers.

A titre d’exemple, dans l’hypothèse où les propriétaires de l’aciérie susmentionnée seraient invités par leur gouvernement respectueux du Protocole de Kyoto à réduire leurs émissions de gaz carbonique de 10 tonnes, ils pourraient soit investir dans l’acquisition d’un matériel de production moins polluant, soit faire planter suffisamment d’arbres en Afrique pour absorber 10 tonnes de gaz carbonique, si cela est moins coûteux. Le mécanisme autorise les propriétaires de l’aciérie à déduire la quantité de gaz carbonique retenue par ces arbres de leurs objectifs de réduction des émissions polluantes, ce qui leur permet de réaliser des économies et les incite à investir sur le continent.

Le même principe s’appliquerait à un projet d’installation en Afrique d’une centrale hydroélectrique ou de gaz naturel propre à la place d’une centrale à charbon polluante. Dans ce cas, les investisseurs du Nord seraient autorisés à tenir compte, dans leurs objectifs de réduction de la pollution sur le plan national, de la diminution de la pollution obtenue grâce à la centrale plus propre en Afrique. Le mécanisme prévoit même l’achat et la vente de “crédits de gaz carbonique”, un peu à la manière des actions boursières.

Les transactions de gaz carbonique, dont l’idée remonte à la fin de 1997, s’élèvent aujourd’hui à 22 milliards de dollars. L’Afrique, qui espérait pouvoir tabler sur son image de petit pollueur pour inciter les capitaux du Mécanisme pour le développement propre à financer ses projets de développement vert, n’a attiré à ce jour que moins de 2 % des projets financés par le Mécanisme dans le monde. Ce manque d’intérêt s’explique par la pénurie d’organismes financiers et commerciaux performants et l’insuffisance des moyens administratifs et de gestion du continent.

Le Mécanisme a suscité d’autres critiques, ses détracteurs affirmant que les pays riches et les milieux d’affaires s’en servaient pour éviter d’avoir à réduire leurs émissions de gaz polluant et trahissaient leurs engagements de Kyoto en exagérant l’importance de leurs projets environnementaux compensatoires.

Mais puisque l’accord de Kyoto arrive à échéance en 2012 et qu’il est maintenant prouvé que le réchauffement planétaire est plus rapide que prévu, il n’est pas impossible que le développement vert de l’Afrique profite des réformes économiques nécessaires pour lutter contre le réchauffement planétaire. “On ne dispose que d’un minuscule créneau pour renverser la courbe ascendante des émissions de gaz à effet de serre, a déclaré à la presse Rajendra Pachauri en mai à Bangkok. On ne peut pas se permettre d’attendre.”

Le Conseil de sécurité : les changements climatiques sont une menace pour la paix:

Les changements climatiques et leurs retombées économiques, politiques et sociales risquent de compromettre la paix dans le monde si la communauté internationale ne prend pas les mesures nécessaires, a déclaré le 17 avril au Conseil de sécurité le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. “L’histoire de l’humanité a connu d’innombrables conflits motivés par des ressources naturelles. L’évolution des phénomènes climatiques, comme les inondations et les sécheresses et les coûts qu’elles représentent pour nos économies, pourraient accentuer les divisions et marginaliser certains groupes sociaux”, a-t-il dit, exacerbant les risques d’affrontement et de violence.

Cette séance exceptionnelle d’une journée, qui s’est tenue à l’initiative du Royaume-Uni, a été la première jamais consacrée par le Conseil de sécurité aux changements climatiques. Mais elle n’a pas fait l’unanimité. Prenant la parole au nom du Groupe influent des pays en développement du G-77 et de la Chine, l’ambassadeur du Pakistan, Farukh Amil, a affirmé que l’examen de cette question n’était pas du ressort du Conseil de sécurité mais relevait d’organes plus grands et représentatifs, notamment l’Assemblée générale et le Conseil économique et social. D’autres intervenants ont en revanche salué cette séance, notamment les représentants des petits Etats insulaires confrontés aux risques d’inondations dus à la montée du niveau de la mer.

La séance s’est déroulée sous la présidence de la Secrétaire britannique aux affaires étrangères Margaret Beckett, qui a estimé que des impératifs d’ordre sécuritaire, économique, social et environnemental obligeaient la communauté internationale à s’attaquer au problème des changements climatiques. Elle a noté que le Président nigérian Yoweri Museveni avait déjà qualifié les changements climatiques d’ “agression” commise par le Nord industriel pollueur à l’encontre du Sud en développement — commentaire qui illustre le lien existant entre l’environnement et la paix dans le monde. “Le Président Museveni est l’un des premiers dirigeants à voir ce problème sous l’angle sécuritaire, mais il n’est certainement pas le dernier”, a-t-elle conclu.

http://www.un.org/french/ecosocdev/geninfo/afrec/vol21no2/212-changements-climatiques.html

READ MORE RECENT NEWS AND OPINIONS

WASH news Africa

Jobs4Development.com Customised Jobs Feed

Eldis Climate Change

Eldis Climate Adaptation

Eldis Environment

CEPF Top Stories

Water Supply and Sanitation News

FAO/Forestry/headlines

InforMEA

GBIF News

CBD News Headlines

Sustainable Development Policy & Practice - Daily RSS Feed

IISD Linkages

IISD - Latest Additions

Climate Change Headlines

WWF - Environmental News

DESERTIFICATION

IUCN - News

IRIN - Water & Sanitation